Auch : le restaurant "Le Daroles" reste fermé jusqu'à nouvel ordre, le gérant, Guillaume Manchado, justifie sa décision


03 juin 2020

Le jour d'après pour les cafés-bars restaurants du Gers. À Auch, comme un peu partout en France, les terrasses sont prises d'assaut depuis la réouverture, mardi 2 juin, après près de deux mois de fermeture, en raison de la Crise du Covid-19. Mais, si certains établissements ont fait le choix de rouvrir leurs portes, ils sont nombreux à avoir souhaité repousser cette réouverture de quelques jours pour mettre en place les directives très strictes du protocole sanitaire. Alors que d'autres ont tout simplement indiqué leur intention de ne pas rouvrir pour l'heure. C'est notamment le cas du restaurant « Le Daroles ». Un choix sur lequel revient son gérant, Guillaume Manchado, dans nos éditions, ce soir. 

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à ne pas déployer votre terrasse et à laisser les portes de votre établissement fermées jusqu'à nouvel ordre ?

Guillaume Manchado. "Il y a pas mal de raisons. Premièrement déjà, la rupture très sévère qu'on a eu de l'Etat, qui nous a imposé à 20h le soir, de fermer à minuit, le jour-même. Déjà avec ça, j'ai pris personnellement une bonne claque. Tous les salariés ont été mis directement au chômage partiel. Alors, certes, l'Etat a quand même mis des choses positives, avec les PGE ( prêt garanti par l'Etat). Moi j'ai réussi à l'avoir, mais il y a plein de restaurateurs qui n'ont pas eu la chance de l'avoir. Donc, c'est déjà une raison pour laquelle je n'ouvre pas. Car, je ne veux pas cautionner ça. Ensuite, concernant le protocole qui a été mis en place. On l'a eu que ce week-end pour ouvrir mardi. Moi, de mon côté, c'est mission impossible. On prend d'énormes risques. Je suis un restaurant avant tout. Je ne suis pas là pour envoyer les gens à l'hôpital. Même si je sais que le risque 0 n'existe pas. On est des restaurateurs, on est là pour faire passer un bon moment aux gens, c'est notre métier. Avec les conditions, qui nous sont imposées, cela n'est pas possible. Car, le protocole c'est pas que les 1m entre chaque table ou le port du masque, ce sont 15 pages en tout. C'est du lourd. On est cuisiniers, restaurateurs, on n'est pas là pour faire la police. Personnellement je suis vraiment dégouté par ces conditions qu'on nous impose. On prend énormément de risques, dont moi personnellement sur ma personne si je décide de rouvrir. Les gens vont venir chez moi avec des contraintes et peut-être qu'ils pourront se retourner contre moi après. Même si je fais tout en sorte pour que ça ne me retombe pas dessus, je vais peut-être indirectement envoyer des gens à l'hôpital. Et moi, juste pour ça je ne peux pas travailler, c'est pas possible."

Une raison sécuritaire, mais également de rentabilité ....

Guillaume Manchado. "Effectivement. On va perdre énormément de temps à guider les gens, à désinfecter les tables, etc. Même si on le fait déjà, mais là, il faut le faire de manière plus poussée. J'ai estimé qu'on va perdre 20% de temps à respecter ce protocole. Si je le fais, niveau rentabilité, je ne passe pas, tout simplement."

Une date est-elle prévue pour la réouverture ?

Guillaume Manchado. "Non, c'est le flou total pour l'instant. Est-ce qu'il faut changer de concept, est-ce qu'il faut rester sur la restauration traditionnelle comme on fait ? On ne sait pas trop encore. Il va falloir faire une balance entre le protocole, la rentabilité de l'établissement et les risques, la priorité pour moi. Je le rappelle, je n'ai pas envie que des gens contractent le Coronavirus, parce qu'ils sont venus chez moi. Je ne veux pas être responsable de ça. Je reste également fermé jusqu'à nouvel ordre, parce que j'attends un gros coup de pouce financier des assurances. Ils ne bougent pas d'un cil pour l'instant. Alors, certes, il y a des enveloppes qui circulent, mais ça ne suffit pas. Il faut vraiment que les assurances et l'Etat prennent en charge la totalité des pertes d'exploitation, sinon il va y avoir énormément de casse et de chômage. "

Précision : Si le restaurant ne rouvrira pas donc ses portes pour l'heure, il poursuit néanmoins son service de plats à emporter. Tous les détails sont à retrouver sur la page Facebook du Daroles. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article